Céline tricote, crochète, coud et cie

Bonjour à tous, c’est Céline !! Vous trouverez ici un peu de tout : tricot, crochet, couture, patchwork, poupées, photo… et sûrement un tas d'autres choses encore !!


8 Commentaires

La fin des haricots, pardon de la robe

Toute bonne chose ayant une fin (et les moins bonnes aussi), je suis arrivée à la fin de la robe 😅

J’ai taillé les grands panneaux de la surjupe (la partie la plus fastidieuse…), je n’ai pas mesuré la largeur, je me suis contentée de retailler des bords droits, réduire à 1m20 de haut (oui oui, la hauteur sol-taille pour ma fille est de 1m10) et couper en deux le morceau obtenu.

Puis séance de torture résistance nerveuse : on surfile, on ourle un côté, on pose les fils et on froooooonce !!! Après avoir froncé dans les 6-7 mètres de tissus pour cette tenue, une évidence s’impose : les fronces si je peux éviter, c’est pas plus mal. Mais bon comme qui dirait l’autre, veni, vidi, fronçi et au final ça l’a fait.

J’avais décidé de poser des pressions au dos (un peu la flemme de me coltiner une fermeture éclair après les fronces) et au dernier essayage, brutale prise de conscience : vu le poids de la bête, les pressions ne tiendront jamais… donc paf retournement de veste et nouveau changement d’avis : retour à la fermeture.

Pose de la fermeture éclair en mode cowboy en l’ayant juste positionnée avec quelques épingles : ce brocard tout polyester est franchement très tolérant !! Un bon ourlet de 12 cm plus tard et tadaaaaaaa….
Le buste est un peu large, la taille est un peu basse et l’ourlet un peu long : la robe est un peu trop grande quoi. 

Mais :

  1. Ça ira
  2. Le sourire de ma fille ça n’a pas de prix
  3. Ça ira très bien
  4. Au moins ça va durer un peu si elle me prend 10 cm et un peu de tour de taille dans l’année 
  5. J’ai dit que ça irait ? 


5 Commentaires

La robe Louis machin, le covid et le reste

La lubie du moment est toujours sur la MAC, j’ai nommé la robe Louis XIV (croix-bâton-vé pour ceux à qui ça rappelle quelque chose 😉) qui commence un peu à me fatiguer… j’explique :

Dimanche dernier, j’ai enfin réussi à venir à bout du corsage :

  • finitions à la surjeteuse (oui maintenant que j’arrive à peu près à m’en servir, je surfile tout ce qui bouge et le reste aussi !!)
  • mettre de la dentelle et du tissu au bord des manches
  • vérifier le tout sur l’enfant
Validé !!! L’enfant qui passe sa vie en jean et sweat à capuche Harry Potter avait le sourire jusqu’au oreilles. 

Lundi la prof demande que j’envoie une photo pour valider la véracité historique de la robe… Comment dire que n’ayant fait ni esmod ni histoire de l’art (et étant largement rebelle sur les bords), cette demande ne me ravit pas trop surtout que la véracité historique du truc reste avant tout une vue de l’artiste n’est-ce pas… bref je n’ai rien envoyé et ça tombe bien parce que…

Mardi : covid de l’enfant destinataire de la robe Louis machin (screugneugneu). Tests, bazar au boulot, cas contacts bref… toussa quoi.

Mercredi on enclenche l’opération meringue : sur un jupon qui est le même que celui des jupes d’halloween, j’ai mis 3 mètres de tulle puis j’ai commencé à fixer le tissu gris. Et évidemment ça s’est mal passé… trop de tissu, les fonces se sont bien faites mais impossible de faire un truc propre au niveau de la ceinture et la robe est beaucoup trop longue !!

Jeudi / vendredi : toujours à la maison, tous négatifs sauf l’enfant et noyés dans les problèmes du travail à distance donc pas de couture…

Samedi : retour à la couture (enfin !!) ou pas. C’est l’autre enfant qui est malade et qui s’installe dans la pièce à coudre aka la chambre d’amis. Donc la robe Louis truc est en pause mais j’y retourne ce soir ! D’ailleurs il faut que je me dépêche avant d’être malade à mon tour parce qu’avec deux petits covids à la maison j’ai comme un doute sur la résistance de mon système immunitaire 😝

La quantité de tissu utilisée est quand même très au-dessus de ce dont j’ai l’habitude : après avoir éliminé le coupon de voile de coton rose dans la doublure du corsage et le jupon (3 mètres), j’ai passé tout mon reste de tulle dans la meringue (3 mètres, je suis sure qu’il y a des robes de mariées moins volumineuses) et j’ai taillé le max que je pouvais dans le tissu gris où il ne reste qu’un petit bout de la largeur du plastron dans lequel je prendrai la ceinture. Et une deux bandes de 15 cm tout du long car j’ai dû retailler la jupe trop longue (pouf, adieu le coupon de 3 mètres là aussi).

Maintenant il doit me rester un peu plus de 3 mètres sur les 4 mètres du rouge (ah ah), je vais m’occuper de leur cas 😂 quand j’aurais fait la surjupe, il ne restera plus rien je pense…


5 Commentaires

La robe Louis XIV, XV ou XVI

Nouvelle année, même plan loose : spectacle d’école, le rôle de la vie de ma fille comme à chaque fois et… la robe qui va avec !! D’ailleurs on notera qu’elle est hyper douée cette enfant, elle décroche le rôle de sa vie à chaque fois, avec, je la soupçonne, un petit chantage à la clef du style Mais si Madame je vous promets ma mère me fera la robe qui va bien. Les autres mères sont vachement plus futées que moi sur ce coup-là, leur enfant fait le narrateur planqué derrière le rideau en jeans pendant que je me creuse la tête à me demander dans quel rideau je vais bien pouvoir tailler la robe comment je m’en tire cette fois-ci (bon OK, je râle mais en fait j’adore ça sinon je ne le ferai pas – merci de ne rien dire à ma fille !!!!!).

Cette année c’est Molière qui est à l’honneur (tiens donc, y a pas un anniversaire aujourd’hui justement ?) et il nous faut donc une robe comme à l’époque de Molière. Ben voyons, facile, passe moi le catalogue de la redoute ma chérie. Ou pas…

Une robe de l’époque de Molière donc on disait… heureusement que le Secrets d’histoire de cette semaine (d’où provient la photo ci-dessus) me sauve la mise. Quand j’ai vu la scène à Pezenas, bim, eurêka etc etc, voilà la robe qu’il me faut !!!

Le tissu je l’ai, trouvé en ligne il y a un mois. Le gris c’est du coton viscose raisonnablement élastanne mais il se tient encore. Le rouge c’est du jacquard de polyester qui se coud étonnamment bien. Le sujet de mon étonnement étant aussi dû au tarif plus que raisonnable du tout.

Le patron je ne l’ai pas, celui qui m’aurait bien convenu n’est plus en vente. Par contre j’ai ça et et trouvé le schéma de montage d’un autre patron de Cendrillon. Détail d’importance : le jupon est séparé et il y a une sur robe qui vient par dessus.

Et ce soir j’en suis là… Après quelques errements et autres maux de tête, je crois que je suis arrivée à sortir une ébauche de devant qui va dans le bon sens.

Sérieusement ce tissu à rayures (surtout le gris) me donne une furieuse envie de perruque poudrée… j’ai bien peur de m’être plantée d’un bon siècle dans le choix des motifs

Pour le moment le plastron tient avec des épingles et tout le reste est cousu en 4 mm pour pouvoir défaire rapidement. J’ai réalisé un peu tard qu’il me fallait doubler une bonne partie des pièces sinon je ne m’en sortirai pas (l’inconvénient de bosser sans patron surtout quand on n’a pas un super niveau en couture…). Heureusement que j’avais depuis des années du voile de coton qui me dépanne bien !! 
Essayages sur l’enfant demain, après on râle réajuste si nécessaire. Si tout se passe bien, j’attaque ensuite les manches, je passe tout à surjeteuse en ayant une pensée émue pour le collègue qui a passé 15 mn à m’expliquer tout l’intérêt de faire les coutures comme à l’époque et je fonce sur le jupon. Elastiqué à la taille, bien sûr.

Et pour faire une concession à la vérité historique, je coudrai la fermeture éclair du dos à la main. C’est pas beau ça ?


2 Commentaires

Orient express (avec tuto)

J’en avais déjà parlé au mois de juin un des aspects pas trop sympathiques de ma vie de maman-qui-coud ce sont (bizarrement) les spectacles d’école et d’activités divers.

Le dernier en date, c’était la princesse orientale, deadline sous 15 jours 🤪 arghhh !!

Enfin plutôt sous 3 jours parce qu’il fallait les déguisements pour les répétitions de la semaine suivante. En même temps l’avantage quand il ne reste plus de temps c’est que ça oblige à se creuser la tête pour être efficace. Genre en 2 heures 😊

1 – le bas

Bon là super efficace, j’ai ressorti la jupe d’un déguisement fait il y a 4 ans et sur ma lancée j’ai repêché le tulle jaune qui pique les yeux dans mon bac de tissus. Je ne sais pas combien il y en avait à l’origine mais j’en avais encore deux bons mètres. Yes !!

Et en plus ça tombait bien que ce soit jaune. Il fallait que ce soit une princesse orientale mais pas Jasmine ce qui m’interdisait de me précipiter dans n’importe quel magasin de discount 😋

2 – la coiffure

J’ai remarqué que dans les déguisements orientaux il y a souvent un voile attaché à une coiffe et que ça fait beaucoup d’effet. J’ai du tulle et j’ai aussi un tas de bazar. Donc :

Un serre-tête de wonder woman (cadeau fast-food) percé de chaque côté et décoré de strass collés au pistolet à colle, 30 cm de tulle cousu avec un joli drapé autour du cou et voilà 😁 le plus long ça a été de retrouver le pistolet à colle qui était rangé à sa place… c’est inhabituel !

3 – le top

Tout ça c’est bien sympa mais ça le serait encore plus tôt avec un petit top assorti 😉 en feuilletant mes vieux magazines je suis tombée sur un top élastiqué. Hyper simple.

Un rectangle de 85 cm par 31 cm (pour une taille 10 ans). On surfile en haut et en bas – merci la surjeteuse 😉 Puis on replie en deux et on coud pour former un tube. Et on resurfile le côté cousu. Ou on fait tout d’un coup si on a une surjeteuse. Trop pratique !!

On replie le haut sur 2,5 cm et on pique en laissant une ouverture de 2 cm pour glisser l’élastique.

Avant de le glisser, j’ai piqué 3 volants froncés de 150 x 15 cm tout le tour au point zigzag pour que ça tienne mieux. Puis j’ai coupé un bout d’élastique de 65 cm que j’ai fixé.

Hop, princesse orientale pressée en 2 heures environ. Pas si mal quand on n’a pas le temps !!

Et toi, est-ce que tu connais cela à ton école aussi ? Et comment t’en sors-tu ?


4 Commentaires

Hacking patron : la robe médiévale

Je suis sûre qu’on est nombreux ici à connaître la fin de l’année scolaire avec son cortège de kermesses, carrousels, défilés et autres spectacles qui se transforment souvent en plan loose pour les mamans (et les papas !) qui cousent.

Je tiens à préciser pour celles et ceux qui viennent d’arriver et qui risquent de repartir en courant : j’adore coudre !! Y compris les déguisements pour mes minies (et les robes de leurs poupées 😇).

Ce que j’adore moins par contre et voire que je déteste carrément, c’est l’exercice de style imposé dans un délai complètement loufoque sous couvert de chantage bienveillant certes mais bien présent. Mamannnn si j’ai pas (rayer la mention inutile) une robe de princesse / de chinoise / d’hindoue / que je peux mettre sur mon poney / 25 marguerites sur mon T-shirt, je pourrais pas participer au spectaaaaacle !!!

Sisi je te promets, c’est du vécu. Le tout. Y compris les 50 marguerites à coudre (j’ai DEUX enfants) et la dizaine de saris en organza de l’année dernière…

Eh oui, chaque année apporte son lot de réjouissances. Cette année , bonne nouvelle, j’ai échappé aux égyptiens et aux costumes 3 pièces (si si si). Par contre, comme on ne peut pas gagner partout, ma fille a refusé de faire les Pierrafeu et j’ai écopé en échange de la princesse médiévale. Deadline sous une semaine. Gloups. Même mon boulot est moins exigeant (et pourtant c’est pas une sinécure).

Donc pas le temps de faire du shopping sur mes boutiques de patrons et tissus en ligne, il faut faire avec les moyens du bord.

Premièrement : le patron

J’ai ça :

C’est à peu près aussi médiéval que moi et en 8 ans alors que ma fille est beaucoup plus grande mais je suis pas vraiment en position de faire ma difficile…

Deuxièmement : le tissu

Là aussi les fonds de tiroirs, restes de euh… je n’en sais rien en fait et un coupon de 3 mètres payé un prix dérisoire et qui s’est révélé que du bonheur à coudre.

Troisièmement : la coupe

Après avoir bricolé tant bien que mal le patron pour l’agrandir, j’ai taillé :

  • Le haut comme le patron
  • Les deux manches (ballons ET droites)
  • 2 panneaux de jupe sur trois avec une grande traîne un peu au pif histoire de finir le coupon 😋

Quatrièmement : le plantage

Ah eh bien oui, on y arrive. C’était pas si pire mais après 3 bonnes séances de travail, la robe va plus vers un style renaissance… ça ne m’agace pas du tout !

Cinquièmement : le rattrapage

Démonte, remonte, découpe, ajoute des parements et râle, accessoirement. C’est mieux !!

Un peu d’aide de mon bidule à faire le biais :

Et avec les doubles manches c’est carrément mieux !!

Alors princesse, tu en penses quoi ? 😊


1 commentaire

Mulan à poney – verdict

IMG_2012Version floue… Alors voici le résultat de mon bricolage de déguisement. On partait de ça (la robe grise) pour tenter d’aller vers ceci (photos prises au pif sur une recherche par images) tout en permettant de faire du cheval, ce qui demandait une robe suffisamment ouverte devant :

Donc, quelques coutures plus loin on a obtenu ceci :

Pour la dernière ceinture, celle qui fait un noeud, j’ai un peu craqué et je me suis contenté de déchirer une bande de tissu poufff comme ça sans ourlet ni rien. Et démonstration sur la bête en situation :

Et en courant vite, on voit encore moins les défauts 🙂IMG_1996J’aime bien celle-ci : il n’y a qu’une patte de nette, pour le poney comme pour la cavalière !!

En conclusion, ma tenue a fait le job, oufffff !!!!


3 Commentaires

Mulan à poney

Ce qu’il y a bien (ou pas) avec les activités de nos chères têtes blondes c’est que ça occupe sainement les parents 😋

Démonstration cette semaine où je dois modifier en catastrophe la robe chinoise de l’an dernier en déguisement de Mulan permettant de monter à cheval. Arfff !

Heureusement j’ai un stock de tissu conséquent 😅 et après une grosse réflexion, deux morceaux de taffetas et un bout de dentelle j’ai :

  • Rajouté un volant qui permet quand même à la robe de s’ouvrir au milieu (ben oui parce que sinon à cheval c’est compliqué !!)
  • Fait une ceinture de 14 cm de large et velcrotée permettant de porter le pantalon d’équitation dessous la robe (pareil)
  • Modifié l’encolure à coup de dentelle et de fleurs clover pour se rapprocher de l’original

Je n’ai plus qu’à couper une grande bande de taffetas rose pour faire le dernier noeud. Là c’est le règne du ciseau cranteur et de la couture zigzag : pas le temps de faire les surfils et il faut que ça tienne un minimum !!

Bon c’est Mulan en vue d’artiste (je mettrai une photo sur le mannequin 😊😊) mais c’est le mieux que je pouvais faire rapidement et avec mon peu d’expérience équestre !

Maintenant il me reste à trouver un bon pressing pour la faire nettoyer après… 😇


5 Commentaires

Jolie chinoise

… ou comment je me suis faite eue par mes minies, moi qui suis pourtant maman depuis un certain nombre d’années.

20170613_211659.jpg

C’est une histoire de kermesse et de déguisement sur le thème des enfants des 4 pays… et pas de chance, nous n’avons que des robes de princesses, de sorcière ou des tenues de cirque (je te laisse apprécier le que à sa juste petite quantité) :

Et donc comme il fallait que j’aille aux Tissus de la Mine pour un achat tout prosaïque de rideaux, nous en avons profité pour visiter le bac à coupons et j’ai ramené 3 mètres de cygnes et d’autres rayures (pour 5 € les 3 mètres) :

Voici donc une petite robe chinoise avec un peu de rouge qui contraste, les cygnes et un patron de mon Burda fétiche spécial nenfants.

Il ne me reste plus que l’ourlet et la fermeture, sachant que pour une fois je me suis autorisée à tricher : pas de surfils, que du ciseau cranteur 😉

Et j’ai appris incidemment ce matin que la maîtresse n’avait pas choisi le thème de la kermesse et que pour le moment on n’avait besoin d’aucun déguisement. Arffffffff !!!!

C’est que je n’ai pas pour habitude de m’éparpiller, comme je le disais la dernière fois (ahem, groossssssse grosse ironie) et qu’en plus de mes zoulis accessoires, j’ai repris ça :

…le plaid aux multiples come-back 😉


3 Commentaires

Bouh la petite sorcière #2

Avec un peu de retard, les photos des déguisements des mini-sorcières :

La robe orange est basée sur le même principe que le tuto ici (je n’avais qu’un Tshirt noir 😉 ). J’ai coupé les manches longues du Tshirt orange, elles sont devenues les jupons des robes poupées avec un petit bout de dentelle pour faire plus joli…

Et j’ai ressorti ma vieille MAC mécanique qui n’a eu aucun problème pour absorber le jersey tassé par les lavages et le tulle à paillettes. Oufff, cette tenue s’est faite braucoup plus facilement que la première !!

Et avec la poupée aussi en tenue :

DSC04587.JPG


5 Commentaires

Bouh la petite sorcière #1

Il y a longtemps que je n’ai rien publié ici car il y a longtemps que je n’ai rien fait d’amusant cousu.

Cette fois-ci je me suis attaquée à un coupon d’un improbable jean noir et orange acheté heureusement pour rien 😉 et à mon stock de tulle à paillettes. Voir ici pour toutes les bonnes adresses  si tu as comme moi des envies de stockage avec l’automne qui s’en vient.

Donc sujet du jour : la robe de la petite sorcière.

Fournitures :

  • un vieux Tshirt (ou pas, je me suis arrachée les cheveux en cousant mais on y reviendra)
  • 40 cm de tissu orange/noir
  • du tulle noir (40 cm) et orange (un peu plus de 2 m)
  • des boutons oranges (ronds, étoiles etc…)
  • du ruban à motifs type scrapbooking

Ensuite

  • découpage du Tshirt sur les coutures de côté et mise à plat
  • bandes de tulles de taille irrégulières, fixées avec du zigzag. Je ne me suis jamais arrachée les cheveux comme ça, c’était une vraie galère entre le jersey du Tshirt sûrement tassé par les lavages et le tulle à paillettes… bref même en mettant du papier de soie dont on voit les restes sur les photos, j’ai bloqué la MAC un certain nombre de fois pourtant j’avais utilisé la même méthode sur du coton pour un déguisement précédent et ça s’était bien passé
  • ruban de scrapbooking pour le côté déco et accessoirement cacher les anciens motifs du Tshirt. si tu regardes bien, tu verras que j’ai piqué le titre de l’article sur le motif du ruban BOO !
  • couture à la main d’un certain nombre de boutons orange (12 ? 13 ?? je ne sais plus bien… !)

Puis la jupe

  • une bande de tulle de 150 cm x 35
  • une bande de tissu de 85 cm x 35 avec le bas taillé en pointe
  • une bande de tulle de 150 cm x 55 pliée en deux
  • une bande de tulle de 150 cm x 70 pliée en deux et avec le bas taillé en pointe
  • une bande de tulle de 150 cm x 25
  • une bande de tulle de 150 cm x 10 avec le bas taillé en pointe

J’ai d’abord assemblé le tissu avec les deux premières bandes de tulle (la noire et l’orange de 55 cm) et j’ai piqué le tout sur le Tshirt (ça m’a pris une heure, soupiiiiiiiiir).

C’est le fond de la robe sur lequel il me reste à froncer et à fixer (à la main, j’en peux plus de la MAC qui ne digère pas le mélange tulle-Tshirt) les 4 dernières bandes qui sont assemblées.

Et voilà !! Après tu fais un noeud avec une bande de tulle autour d’un chapeau trouvé dans un magasin d’articles de fête et voilà une petite sorcière prête pour aller danser !!!