Céline tricote, crochète, coud et cie

Bonjour à tous, c’est Céline !! Vous trouverez ici un peu de tout : tricot, crochet, couture, patchwork, poupées, photo… et sûrement un tas d'autres choses encore !!


1 commentaire

La robe de la rombière

La couture la suite… la robe de mes rêves, LA robe portefeuille avec faux pan portefeuille donc assurance de décence quelque soit la météo.

Cette fois c’est un modèle de Burda de septembre 2020 sur lequel j’ai fantasmé pendant des semaines allant jusqu’à commander LE magazine avec le patron (heureusement il était encore en vente !), puis je me suis appliquée, j’ai bordé toutes mes finitions de biais et…

Et je dois dire que je suis très admiratives de celles qui en deux coups de cuillère à pot (et une toile) commettent un vêtement portable pile à leurs dimensions et juste comme il faut. Chez moi ça ne se passe JAMAIS sans au minimum un ou deux plans loose. La preuve ? La couture présentée la semaine dernière :

  • pour les trousses, j’ai pulvérisé une aiguille selon les règles (forcément, quilter avec une aiguille à broderie, hein…)
  • pour la jupe, la taille s’est mal passée : les bords étaient tout gondolés. J’ai eu des problèmes avec la surjeteuse aussi, impossible de la régler convenablement. Ah et puis j’ai dû reprendre l’ourlet (à la main siouplé) sinon j’étais sure de m’étaler dans les escaliers et avec mon ordi à la main entre deux réunions !
  • pour l’aube, cerise sur le gâteau, c’est la pédale de la MAC qui est tombée en panne, alors que j’avais juste deux jours pour la coudre. Heureusement il y a un bouton marche auto sur la MAC mais on fait plus pratique…

Et là tout s’est bien passé malgré le crêpe horriblement fuyant. Sauf…. sauf à l’essayage : pouf, déception en mode on dirait une rombière, y a pas moyen que je porte ça.

Allez, je vous montre avec les jolis biais contrastant dans un tissu de la période non regrettée des masques maison :

Non mais sérieux, il ne manque plus que le collier de bronze et l’étole en fourrure pour jouer dans un film de vikings !!

De contrariété, j’ai séparé le haut du bas. Mes filles sont tristes, la robe à disparu. Moi je suis contente, j’ai une jupe portable (avec les petits hauts de l’an dernier et une ceinture ça fait même très chic). Avec des baskets comme sur la photo, c’est parfait et déjà amplement porté et validé !!

Version t-shirt baskets du week-end 

Je me suis contentée de faire toutes les finitions et de tailler une ceinture dans le coton avec double élastique pour qu’elle reste en place. 
Maintenant je vais m’occuper du cas de la seconde partie…  j’ai l’idée, j’ai le patron et j’ai juste assez de tissu pour faire une blouse à basque sans doublure…

Et je n’ai pas pour autant renoncé à la robe avec laquelle je bassine tout le monde dont je rêve depuis des semaines. J’ai sorti un nouveau coupon de tissu beaucoup plus fin et je réfléchis à une version plus courte et sans manche 🤞


Publicité


Poster un commentaire

Ma veste d’ado

A défaut de coudre des vêtements pour moi parce que je n’ai absolument pas assez de temps pour ça cette semaine, j’ai décidé de faire un peu de custo ce soir. Normalement je ne fais pas de custo (enfin pas depuis mes 17 ans) et jamais sur vêtements neufs… 

Sauf que j’ai commandé une veste sur un coup de tête coeur après l’avoir vue en magasin et ce que j’avais pris pour un motif brodé est en fait un rapiéçage qui s’effiloche après deux jours portée juste le matin (screumeubleugneugneu). Donc j’ai fait deux piqûres pour fixer les bords et ai noté au passage que l’idée de la pièce de jeans fixée par des croix que ma MAC fait les mêmes est plutôt bonne :

Ca doit être mon côté (psycho) rigide, mais le truc usé rapiécé qui s’effiloche, j’avoue que ça me chiffonne quand même !

Une fleur en tissu clover plus tard assortie d’un gros craquage sur les boutons vintage et la boîte à perles des filles :

 J’en ai peut-être fait un peu trop là… mais l’idée générale correspond bien à ce que je cherchais ! Quitte à rapiécer autant que ce soit fun. Je crois que je vais laisser reposer ça cette nuit et éventuellement je reverrai ça demain.

Les filles l’appellent ma veste d’ado : je suis flattée et je n’ose pas leur dire que jamais j’aurais assumé de porter ce truc une custo aussi personnelle à 17 ans !


Poster un commentaire

Les troussettes

Et voilà, ce n’était pas bien compliqué, c’était même très simple : le tuto dont je me suis inspirée est là, il suffit juste de faire un gabarit aux mesures que l’on souhaite (mes trousses font 8 x 9 cm) : 

J’ai fait ça en mode flemme donc avec une bande de tissu pliée en deux faisant à la fois l’intérieur et l’extérieur de la trousse. Pas de doublure contrastante pour moi !

Le seul bémol est que je me rends compte que les pressions que j’avais prévues n’iront pas, je passerai en chercher de la bonne couleur un soir après le travail.

A suivre, des trousses plates entièrement inspirées du tuto de celle que j’avais faite il y a quelques années (sans les carrés patchwork cette fois).


3 Commentaires

Mercredi maison-ménage, et la couture alors ?

J’ai d’ailleurs failli écrire un truc beaucoup plus grossier commençant par la lettre suivante de l’alphabet et avec le même nombre de lettres, mais je me suis dit que alors avait plus d’allure…

Aujourd’hui c’est un mercredi ménage-maison-désidérata des enfants. Et comme je suis visiblement aussi assidue à la tenue de ce blog qu’aux tâches ménagères (ahem…), j’ai un peu de retard sur les photos des dernières réalisations. J’avais montré la première trousse de la série là, depuis il y en a une autre accompagnée d’un sac.

Donc aujourd’hui pas le temps de me lancer dans de grandes réalisations couturesques mais des envies de petites choses pour faire du rangement tricot, particulièrement parmi les accessoires de Muud sur lesquels je louche. Je viens de commander des pressions (et il est fort possible qu’un ciseau à broderie se soit glissé dans le panier – j’adore les ciseaux à broder) et j’ai prévu de faire des petites trousses comme ceci en 2-3 exemplaires pour ranger les bouchons de câbles et le les ciseaux sus-mentionnés puis des trousses plates plus grandes pour ranger mes câbles d’aiguilles interchangeables. 

Après, si j’ai le temps (ah-ah-ah, morte de rire ), j’aimerais m’attaquer à des boxes rondes ou ovales, à supposer que j’ai assez de tissu. Sinon je serai obligée d’en recommander, chouette !!!! mais quel dommage…

Et puisque je suis VRAIMENT à la bourre sur les photos, les dernières réalisations :

Une jupe et une aube :

Jupe Burda easy (sept 2021) et aube tuto de Lilipik la fée. J’ai tout copié, même le tissu et la broderie et le résultat était juste waou !!! Merci Lilipik 😊

Pour la jupe, il y a eu un raccourcissement de 10 cm sur l’ourlet par rapport à la photo : la bonne longueur d’une jupe longue (selon moi) est celle qui permet de monter des escaliers sans balayer les marches. Donc acte.

Et une robe portefeuille, suite au prochain numéro !!


3 Commentaires

Une trousse, des maths

J’avais une discussion passionnante avec une de mes grandes amies la semaine dernière qui se trouve être aussi prof de maths. Le sujet étant qu’est-ce qu’on utilise encore tous les jours de ce qu’on a appris en maths à l’école ? Mis à part le fait que la caissière de Franprix s’est (encore) trompée dans notre monnaie. En notre défaveur. Evidemment…

Eh bien ô grande amie de moi, voici une petite démonstration de ce que tes élèves utiliseront encore dans dix trente ans…

Conversion d’unité : quelle est la différence entre un cône de surjeteuse de 2 kilomètres et une bobine classique de 200 mètres ?

On s’en moque, ça dépend juste si tu as le porte cône qui va bien… mais chez nous, exit les bobines, elles ne durent pas assez longtemps !!

La prise de mesure et les lignes parallèles : au cutter rotatif, c’est mieux si c’est droit

Le calcul mental : 40 carrés fois deux en bandes de 5 à ramener en rangées de 8 égale…

Et une petite rotation circulaire associée à une réflexion égale à zéro qui nous donne un tétris presque parfait sans carré identique à côté (théorème bien connu sous le nom de y’a d’la veine que pour la canaille).

Suivi de mesure des angles à 45 et 90 degrés – attention, y a du niveau là !

Surpiquage toussa : tu remarqueras l’habilité avec laquelle j’ai légèrement dévié les lignes pour traverser les carrés qui ne sont pas bien droits… et ne pas oublier le coup de fer pour effacer les vilaines traces de roller orange ! (introduction rapide à la thermodynamique sponsorisée par le labo de chimie, ne me remerciez pas)

Et sous vos yeux ébahis messieurs-dames et les miens, la trousse !! Bon OK, il manque la fermeture éclair mais Pythagore n’a jamais donné de recette pour pouvoir la coudre à la main sans le tuto que je ne sais plus où je l’ai rangé çui-là :

Moralité ô grandissima amia à môa, dans 30 ans et grâce à tes généreuses leçons, tes élèves seront capables de se coudre UNE TROUSSE (avec 40 carrés sur chaque face siouplé). J’espère juste que la caissière de la mercerie rend mieux la monnaie que celle de Franprix !!


8 Commentaires

La fin des haricots, pardon de la robe

Toute bonne chose ayant une fin (et les moins bonnes aussi), je suis arrivée à la fin de la robe 😅

J’ai taillé les grands panneaux de la surjupe (la partie la plus fastidieuse…), je n’ai pas mesuré la largeur, je me suis contentée de retailler des bords droits, réduire à 1m20 de haut (oui oui, la hauteur sol-taille pour ma fille est de 1m10) et couper en deux le morceau obtenu.

Puis séance de torture résistance nerveuse : on surfile, on ourle un côté, on pose les fils et on froooooonce !!! Après avoir froncé dans les 6-7 mètres de tissus pour cette tenue, une évidence s’impose : les fronces si je peux éviter, c’est pas plus mal. Mais bon comme qui dirait l’autre, veni, vidi, fronçi et au final ça l’a fait.

J’avais décidé de poser des pressions au dos (un peu la flemme de me coltiner une fermeture éclair après les fronces) et au dernier essayage, brutale prise de conscience : vu le poids de la bête, les pressions ne tiendront jamais… donc paf retournement de veste et nouveau changement d’avis : retour à la fermeture.

Pose de la fermeture éclair en mode cowboy en l’ayant juste positionnée avec quelques épingles : ce brocard tout polyester est franchement très tolérant !! Un bon ourlet de 12 cm plus tard et tadaaaaaaa….
Le buste est un peu large, la taille est un peu basse et l’ourlet un peu long : la robe est un peu trop grande quoi. 

Mais :

  1. Ça ira
  2. Le sourire de ma fille ça n’a pas de prix
  3. Ça ira très bien
  4. Au moins ça va durer un peu si elle me prend 10 cm et un peu de tour de taille dans l’année 
  5. J’ai dit que ça irait ? 


5 Commentaires

La robe Louis machin, le covid et le reste

La lubie du moment est toujours sur la MAC, j’ai nommé la robe Louis XIV (croix-bâton-vé pour ceux à qui ça rappelle quelque chose 😉) qui commence un peu à me fatiguer… j’explique :

Dimanche dernier, j’ai enfin réussi à venir à bout du corsage :

  • finitions à la surjeteuse (oui maintenant que j’arrive à peu près à m’en servir, je surfile tout ce qui bouge et le reste aussi !!)
  • mettre de la dentelle et du tissu au bord des manches
  • vérifier le tout sur l’enfant
Validé !!! L’enfant qui passe sa vie en jean et sweat à capuche Harry Potter avait le sourire jusqu’au oreilles. 

Lundi la prof demande que j’envoie une photo pour valider la véracité historique de la robe… Comment dire que n’ayant fait ni esmod ni histoire de l’art (et étant largement rebelle sur les bords), cette demande ne me ravit pas trop surtout que la véracité historique du truc reste avant tout une vue de l’artiste n’est-ce pas… bref je n’ai rien envoyé et ça tombe bien parce que…

Mardi : covid de l’enfant destinataire de la robe Louis machin (screugneugneu). Tests, bazar au boulot, cas contacts bref… toussa quoi.

Mercredi on enclenche l’opération meringue : sur un jupon qui est le même que celui des jupes d’halloween, j’ai mis 3 mètres de tulle puis j’ai commencé à fixer le tissu gris. Et évidemment ça s’est mal passé… trop de tissu, les fonces se sont bien faites mais impossible de faire un truc propre au niveau de la ceinture et la robe est beaucoup trop longue !!

Jeudi / vendredi : toujours à la maison, tous négatifs sauf l’enfant et noyés dans les problèmes du travail à distance donc pas de couture…

Samedi : retour à la couture (enfin !!) ou pas. C’est l’autre enfant qui est malade et qui s’installe dans la pièce à coudre aka la chambre d’amis. Donc la robe Louis truc est en pause mais j’y retourne ce soir ! D’ailleurs il faut que je me dépêche avant d’être malade à mon tour parce qu’avec deux petits covids à la maison j’ai comme un doute sur la résistance de mon système immunitaire 😝

La quantité de tissu utilisée est quand même très au-dessus de ce dont j’ai l’habitude : après avoir éliminé le coupon de voile de coton rose dans la doublure du corsage et le jupon (3 mètres), j’ai passé tout mon reste de tulle dans la meringue (3 mètres, je suis sure qu’il y a des robes de mariées moins volumineuses) et j’ai taillé le max que je pouvais dans le tissu gris où il ne reste qu’un petit bout de la largeur du plastron dans lequel je prendrai la ceinture. Et une deux bandes de 15 cm tout du long car j’ai dû retailler la jupe trop longue (pouf, adieu le coupon de 3 mètres là aussi).

Maintenant il doit me rester un peu plus de 3 mètres sur les 4 mètres du rouge (ah ah), je vais m’occuper de leur cas 😂 quand j’aurais fait la surjupe, il ne restera plus rien je pense…


5 Commentaires

La robe Louis XIV, XV ou XVI

Nouvelle année, même plan loose : spectacle d’école, le rôle de la vie de ma fille comme à chaque fois et… la robe qui va avec !! D’ailleurs on notera qu’elle est hyper douée cette enfant, elle décroche le rôle de sa vie à chaque fois, avec, je la soupçonne, un petit chantage à la clef du style Mais si Madame je vous promets ma mère me fera la robe qui va bien. Les autres mères sont vachement plus futées que moi sur ce coup-là, leur enfant fait le narrateur planqué derrière le rideau en jeans pendant que je me creuse la tête à me demander dans quel rideau je vais bien pouvoir tailler la robe comment je m’en tire cette fois-ci (bon OK, je râle mais en fait j’adore ça sinon je ne le ferai pas – merci de ne rien dire à ma fille !!!!!).

Cette année c’est Molière qui est à l’honneur (tiens donc, y a pas un anniversaire aujourd’hui justement ?) et il nous faut donc une robe comme à l’époque de Molière. Ben voyons, facile, passe moi le catalogue de la redoute ma chérie. Ou pas…

Une robe de l’époque de Molière donc on disait… heureusement que le Secrets d’histoire de cette semaine (d’où provient la photo ci-dessus) me sauve la mise. Quand j’ai vu la scène à Pezenas, bim, eurêka etc etc, voilà la robe qu’il me faut !!!

Le tissu je l’ai, trouvé en ligne il y a un mois. Le gris c’est du coton viscose raisonnablement élastanne mais il se tient encore. Le rouge c’est du jacquard de polyester qui se coud étonnamment bien. Le sujet de mon étonnement étant aussi dû au tarif plus que raisonnable du tout.

Le patron je ne l’ai pas, celui qui m’aurait bien convenu n’est plus en vente. Par contre j’ai ça et et trouvé le schéma de montage d’un autre patron de Cendrillon. Détail d’importance : le jupon est séparé et il y a une sur robe qui vient par dessus.

Et ce soir j’en suis là… Après quelques errements et autres maux de tête, je crois que je suis arrivée à sortir une ébauche de devant qui va dans le bon sens.

Sérieusement ce tissu à rayures (surtout le gris) me donne une furieuse envie de perruque poudrée… j’ai bien peur de m’être plantée d’un bon siècle dans le choix des motifs

Pour le moment le plastron tient avec des épingles et tout le reste est cousu en 4 mm pour pouvoir défaire rapidement. J’ai réalisé un peu tard qu’il me fallait doubler une bonne partie des pièces sinon je ne m’en sortirai pas (l’inconvénient de bosser sans patron surtout quand on n’a pas un super niveau en couture…). Heureusement que j’avais depuis des années du voile de coton qui me dépanne bien !! 
Essayages sur l’enfant demain, après on râle réajuste si nécessaire. Si tout se passe bien, j’attaque ensuite les manches, je passe tout à surjeteuse en ayant une pensée émue pour le collègue qui a passé 15 mn à m’expliquer tout l’intérêt de faire les coutures comme à l’époque et je fonce sur le jupon. Elastiqué à la taille, bien sûr.

Et pour faire une concession à la vérité historique, je coudrai la fermeture éclair du dos à la main. C’est pas beau ça ?


1 commentaire

Halloween !!!!

Comme je disais il y a peu, cette année je n’ai pas bombardé ce blog d’articles sur le thème d’halloween et ça ne va pas du tout !

Tout d’abord la déco, bah je n’avais rien prévu et une ou deux heures avant la cueillette des friandises, je me suis dit qu’il fallait bien faire quelque chose… j’ai récupéré les choses à droite et à gauche dont les balais au garage, je suis allée chercher un gros tas de feuilles sur la terrasse, un potimaron est passé au maquillage et voilà !

Et puis j’ai poursuivi les déguisements des minies qui avaient des idées bien précises 👻

Alors toujours la même jupe, deux cols en toile d’araignée trouvés ICI et la cape de draculette avec l’exact col comme dans Hotel Transylvanie LA ! Ces deux tutos sont juste géniaux. La partie un peu galère c’est le tracé du patron de la cape car vue la taille de mini première, j’ai taillé pour moi, mais le reste sinon se fait bien !

HAPPY HALLOWEEN !!!


5 Commentaires

Orange, vous avez dit orange ?

Aujourd’hui, mercredi, pas de boulot et accessoirement pas d’enfant à la maison non plus. J’avais prévu de me reposer reprendre mes projets de couture plus ou moins d’Halloween. Tu remarqueras que contrairement à l’an dernier, je ne bombarde pas ce blog de création divers et variées sur le thème d’Halloween parce que oui, il faut bien le dire : je n’ai rien fait pas commis grand chose sur le sujet 😇

Alors aujourd’hui donc j’avais prévu de me refaire un peu surtout que j’ai des commandes de mes minies plus si minies que ça (minie one étant quasiment aussi grande que moi 😱) parce que je cite Maman on ne rentre plus dans nos tenues d’Halloween. Oui bon en même temps elles ont 5 ans quand même et je les ai déjà découpées à coup de ciseaux l’an dernier pour tenter de gagner un an de plus.

Donc j’avais prévu de coudre cet après-midi mais ça c’était avant que je mette le nez dehors et que je vois le super soleil les tas de feuilles sur ma terrasse 😎

Le soleil, les feuilles et moi avons donc passé l’après-midi dehors et je dois dire que c’était bien agréable, avec le petit dernier de Stephen W. en prime qui avance doucement. Je voulais un châle pour réveiller mon manteau gris ou aller avec ma doudoune orange, je crois que je vais être servie au delà de toute espérance.

Le tuto du MKAL est en vente ici sur Ravelry, déjà 3 indices de passés, le dernier sera disponible vendredi.

Quant à la couture qui n’avance pas parce que je bronze jardine sur ma terrasse, elle m’attend sagement :

Pêle-mêle, les morceaux du quilt commencé en août sur le thème d’Halloween, au hasard… celui-là si je veux le voir sur mon canapé dimanche soir, j’ai un peu intérêt à me bouger. Il manque deux blocs citrouilles, j’ai taillé les morceaux dimanche et depuis c’est un peu beaucoup en panne car je me suis trompée dans les dimensions 🤪😫 de l’inconvénient de faire 2 mois de pause !!

Et j’ai quand même une petite avancée pour les déguisements des minies, le complément de la première tenue : la sorcière. Minie deuze a décidé d’épargner un peu sa mère et de porter son ancienne robe de sorcière en tunique (!!) à condition que je lui fasse une jupe. C’est ce modèle du dernier Burda Easy dans un tissu orange de chez citrouille dénommé Halloween d’ailleurs chez mon fournisseur préféré.

J’ai prévu de la refaire pour minie one pour son déguisement de vampire (!!) et une troisième fois pour moi en viscose pour mon déguisement de maman. Allez, le devoir de couture m’appelle, j’y retourne !

La couture d’Halloween participe au défi chez Dane et le crochet. Merci Dane !!